La vie en français

8 verbes qui ont un sens différent en France et dans les pays francophones

8_verbes_qui_ont_un_sens_différent_en_France_et_dans_les_pays_francophones

Jaser, goûter, jouer, dîner… Entre le français « de France » et le français parlé dans les régions francophones, il existe ce que l’on pourrait appeler des « faux amis », c’est-à-dire des mots identiques mais qui ont une autre signification. À l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie qui a lieu le 20 mars, je vous fais découvrir 8 verbes qui ont un sens différent en France et dans les pays francophones !

Pour découvrir d’autres faux amis, regardez la vidéo : 7 faux amis à connaître en français cet été.

À la fin de l’article, vous pourrez vous entraîner avec un exercice et n’oubliez pas de relever votre défi du jour ! Aujourd’hui, je vous demande d’écrire dans les commentaires une phrase avec l’un des verbes que l’on aura vu dans cette vidéo et/ou d’écrire si vous connaissez d’autres particularités francophones.

Pour découvrir la chaîne YouTube de La vie en français, cliquez ici. Et, n’hésitez pas de vous abonner pour me soutenir.  😉

Cliquez sur « play » pour voir ma nouvelle vidéo ! N’oubliez pas d’activer les sous-titres en français / en espagnol.

Pour écouter ce podcast sur Spotify :

Transcription de la vidéo

Bonjour à tous, bonjour à toutes ! Et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de La vie en français. Cette semaine, on fête la francophonie et, pour l’occasion, on va découvrir des particularités du vocabulaire francophone. Parce que, oui, le français que l’on parle en France et le français que l’on parle dans les pays francophones, n’est pas toujours pareil. Mais, le plus surprenant, c’est qu’il existe des faux amis, c’est à dire des mots qui sont identiques mais qui ont une signification complètement différente. C’est pour ça que dans cette vidéo, on va voir huit verbes qui ont un sens différent en France et dans les pays francophones. Sur ce, vous êtes prêt est prête ? Alors, on y va !

Avant de commencer, je vous rappelle que vous pouvez télécharger gratuitement mon e-book « Cap sur le français ». Cet e-book vous donne accès à plein de conseils et d’outils pour les personnes qui débutent ou qui veulent s’améliorer en français. Si ça vous intéresse, vous pouvez le télécharger en cliquant sur le lien qui se trouve dans la description ou dans le commentaire épinglé.

[Pour télécharger gratuitement mon e-book, cliquez ici.]

Petit « disclaimer », comme disent les « youtubeurs » ! Quand je parle, j’ai un accent français relativement neutre et je vais prononcer les différents verbes avec ce même accent. Mais, vous devez savoir qu’il existe des accents très différents dans le monde francophone. Donc, ne soyez pas surpris si la prononciation de ces verbes varie un petit peu en fonction de la personne qui parle.

Les noms des repas en France et dans les pays francophones

Pour commencer, on va parler des différents repas que l’on mange tout au long de la journée. En France, le matin, on prend le petit déjeuner, à midi, on déjeune et le soir, on dîne. Mais, ça ce n’est qu’en France ! Au Québec, en Belgique et en Suisse « déjeuner » et « dîner » sont aussi des repas mais ils ont un sens différent. Dans ces trois pays, le matin, on déjeune, à midi, on dîne et le soir, on soupe. Donc, attention aux confusions ! Par exemple, si votre ami belge vous dit :

  • On dîne ensemble demain ?

Vous devez vous présenter au restaurant à midi.

Par contre, si votre ami français vous dit :

  • On dîne ensemble demain ?

Vous devez aller le retrouver au restaurant le soir.

Et là, vous allez me dire : pourquoi on désigne nos repas d’une façon différente en France et dans les pays francophones ? Et bien, parce qu’avant en France on disait : déjeuner, dîner, et souper. Le Québec, la Belgique et la Suisse ont conservé cette façon de parler des repas mais en France la langue a changé et maintenant on dit : petit déjeuner, déjeuner et dîner.

Les verbes québécois

Jaser

Maintenant, on part dans une région francophone que j’ai eu la chance de visiter et que j’adore : le Québec ! Pour un Français, si vous dites que vous avez « jasé » avec quelqu’un, c’est une façon un peu ancienne de dire que vous avez raconté des « ragots » ou des « potins » sur quelqu’un. Des « ragots » ou des « potins », attention, ce sont des mots familiers qui signifient : raconter des rumeurs, des histoires qui sont très souvent fausses sur quelqu’un.

Ça signifie que les gens vont commencer à inventer des histoires qui sont très généralement fausses. Donc, en français de France « jaser » est quelque chose de plutôt négatif.

Par contre, au Québec, on emploie « jaser » dans un contexte complètement différent. Si votre ami québécois vous dit qu’il a « jasé » avec quelqu’un, ça ne veut pas dire qu’ils ont raconté des rumeurs mais ça signifie, tout simplement, qu’il a parlé avec quelqu’un. Au Québec, « jaser » est un synonyme de « parler » pour raconter des choses qui n’ont pas forcément une très grande importance.

Chialer

On continue avec le deuxième verbe : chialer. En France, « chialer » est une façon familière, argotique de dire « pleurer ».

Ça signifie que j’ai pleuré d’émotion.

Mais au Québec, « chialer » à un tout autre sens. Par exemple, les Québécois pourraient dire :

Ça ne signifie pas à que les Français adorent pleurer mais ça veut dire que les Français adorent se plaindre… ce qui ne serait pas totalement faux ! « Chialer » est un synonyme de « se plaindre » au Québec.

Ce qui équivaudrait en français de France à :

Les verbes belges

Goûter

À présent, on traverse l’Atlantique pour aller en Belgique. En France, le verbe « goûter » signifie : manger un peu d’un aliment pour savoir quel goût il a. Par exemple, quand on va au restaurant, on peut demander à la personne qui nous accompagne :

  • Je peux goûter un peu de ta ratatouille ?

Ce qui signifie que je vais manger une bouchée, un tout petit peu du plat que la personne a commandé.

En Belgique le verbe « goûter » a aussi une relation avec le sens du goût mais on l’emploie dans un contexte différent. Si votre ami belge vous dit :

  • Ces boulets liégeois m’ont bien goûté.

Ça ne veut pas dire qu’il a mangé seulement un petit morceau de son plat mais ça signifie qu’il a aimé son plat. On utilise le verbe « goûter » de trois façons différentes. Tout d’abord pour dire que l’on a aimé un plat.

  • Par exemple : Ces moules frites m’ont bien goûté.

Ensuite, pour dire que quelque chose a bon goût ou mauvais goût.

  • Par exemple : Ça goûte bon !

Et enfin, pour dire que : « ça a le goût de quelque chose ».

  • Par exemple : Ça goûte le chocolat.

En français de France, on dirait :

  • J ‘ai aimé ces moules frites.
  • C’est bon !
  • Et ça a le goût de chocolat.

Savoir

Un autre verbe qui peut avoir un sens différent en Belgique, c’est : savoir. En français de France « savoir » signifie : avoir appris / être capable de faire quelque chose. Mais, en Belgique, on utilise très souvent le verbe « savoir » au lieu de « pouvoir ». Par exemple, si votre ami belge vous dit :

  • Je ne sais pas venir à ton anniversaire.

Ça ne veut pas dire qu’il n’est pas capable de trouver le chemin jusqu’à l’endroit où vous fêtez votre anniversaire mais ça signifie qu’il ne peut pas venir à votre anniversaire. Donc, quand vous invitez quelqu’un en Belgique, on peut vous répondre « je ne sais pas », alors qu’en France, on vous répondra : « je ne peux pas ».

Les verbes suisses

Se réduire

Allez, on traverse les montagnes pour aller en Suisse ! En France, « réduire » signifie « diminuer », « devenir plus petit ».

  • Par exemple : il faut réduire les déchets plastiques pour sauvegarder la planète.

Et « se réduire » signifie « se limiter », « faire des économies », c’est-à-dire « se restreindre ».

  • Par exemple : Julie se réduit un peu en attendant de trouver un nouveau travail.

Mais en Suisse, si quelqu’un vous dit :

  • Je vais me réduire.

Ça ne veut pas dire qu’il va dépenser moins d’argent mais ça signifie qu’il va se coucher, qu’il va dormir.

  • Par exemple : Je suis fatigué(e), je vais me réduire.

Ce qui équivaudrait en français de France à :

  • Je suis fatigué(e), je vais me coucher.

Jouer

Dernier verbe à connaître : jouer. En France, « jouer » signifie : s’amuser avec un jeu.

  • Par exemple : Je joue aux cartes.

Mais, « jouer » veut aussi dire : manier un instrument de musique.

  • Par exemple : Je joue du piano.

Par contre, si votre ami suisse vous dit, « ça joue », il ne vous invite pas à une partie de cartes mais c’est une façon d’exprimer sont d’accord.

  • Par exemple : On se voit demain pour aller au cinéma ? – Ça joue !

 En français de France, on n’utilisera pas le verbe « jouer » mais le verbe « marcher » pour exprimer son accord.

  • Par exemple : On se voit demain pour aller au cinéma ? – Ça marche !

Votre défi du jour !

Allez, c’est à vous ! Si vous avez envie de vous entraîner, je vous laisse dans la description un lien vers un exercice. Et n’oubliez pas de relever votre défi du jour ! Aujourd’hui, je vous demande d’écrire dans les commentaires une phrase avec l’un des verbes que l’on a vu dans cette vidéo et/ou d’écrire si vous connaissez d’autres particularités francophones. Et si cette vidéo vous a plu, n’hésitez pas à mettre un petit pouce bleu, à vous abonner à ma chaîne et à me suivre sur tous les réseaux sociaux. Et surtout n’oubliez pas, on reste motivé(e)s et on garde le cap sur le français ! À bientôt !

Exercice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.