La vie en français

La vie en français
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

On apprend le français avec la bête du Gévaudan

la bestia de Gévaudan

Bonjour les amis et bienvenue dans cette nouvelle vidéo. Aujourd’hui, nous parlerons d’un mystère non résolu, d’habitants terrifiés et d’une bête terrible. Pour cela, je vous emmène dans un voyage dans le temps dans la France du XVIIIe siècle, dans la région de Gévaudan. Des caractéristiques de la bête à sa traque, nous explorerons l’un des mystères les plus énigmatiques des derniers siècles. Dans cette vidéo, je vous raconterai l’histoire de « la bête du Gévaudan », la bête de Gévaudan en français. Mais ne vous inquiétez pas, je ferai des pauses pour vous expliquer le vocabulaire et les expressions. Allez, on y va, c’est parti !

Pour voir une autre video sur comment exprimer la peur en français, regardez: 8 expressions pour parler de la peur en français pour Halloween.

Pour découvrir la chaîne YouTube de La vie en françaiscliquez ici. Et, n’hésitez pas de vous abonner pour me soutenir.  😉

Cliquez sur « play » pour voir la vidéo !

https://www.youtube.com/watch?v=WubuYYSa8lY

Le contexte historique et géographique

Le contexte géographique

Cette histoire nous emmène dans le Gévaudan. Le Gévaudan est une région française qui se trouve dans la Lozère actuelle, aux confins de l’Auvergne. L’Auvergne est une région montagneuse qui est le théâtre de cette histoire.

Le contexte historique

À la fin du XVIIIe siècle, une série d’attaques mystérieuses secouent la région du Gévaudan. Attention, en français, pour dire un siècle, nous n’utilisons pas les chiffres : deux, trois, quatre, etc. au lieu de cela, nous utilisons un adjectif ordinal : premier, deuxième, troisième, etc. Et pour former un adjectif ordinal, nous prenons les numéros (deux, trois, quatre, etc.) et ajoutons « -ième » : deuxième, troisième, quatrième, etc. À l’exception de « un », qui est : premier ou première. Donc, dans le cas du XVIIIe siècle, nous prenons le numéro « dix-huit » et ajoutons « -ième » : « dix-huitième ». Enfin, nous ajoutons le mot « siècle » derrière le numéro : « dix-huitième siècle ».

À cette époque, le Gévaudan est une région reculée qui vit grâce à l’agriculture et l’élevage d’animaux de ferme.

Tout commence en juin 1764 quand Jeanne Boulet est attaquée par une bête pendant qu’elle garde des vaches. C’est la première victime de la bête. Pendant les mois suivants, la bête attaque sauvagement plusieurs autres personnes. Les victimes sont souvent des bergers et des paysans qui sont en dehors du village. La Bête semble délibérément cibler les personnes les plus vulnérables.

On va donc en profiter pour apprendre du vocabulaire du village :

  • Un village = un pueblo
  • Un villageois / une villageoise = un aldeano / una aldeana
  • Un/e habitant/e = un/a habitante
  • Une rue = una calle
  • Une maison = una casa
  • Une place = una plaza
  • Un marché = un mercado
  • Un champ = un campo
  • Une ferme = una granja
  • Une école = una escuela
  • Un paysan / une paysanne = un campesino / una campesina
  • Une église = una iglesia

Qui est la bête du Gévaudan ?

Au début, on pense que la bête est un chien, un loup ou même un loup-garou. « Un loup-garou » est une créature légendaire, c’est un homme qui aurait la capacité de se transformer en loup. Les témoignages des personnes qui survivent aux attaques décrivent un monstre avec une gueule énorme, un museau de cochon, des dents acérés et une queue touffue.

Ainsi, la description de la bête nous amène à voir le vocabulaire en lien avec les animaux:

  • La gueule = la boca
  • Le museau = el hocico
  • La queue touffue = la cola espesa
  • Les crocs acérés = los colmillos afilados
  • Le pelage = el pelaje
  • Les pattes = las patas
  • Les yeux = los ojos
  • Les oreilles = las orejas

En résumé, on décrit la bête comme un monstre surnaturel qui sème la terreur dans la région. La population a peur fase au danger.

La chasse de la bête du Gévaudan

Les autorités de la région chassent la bête féroce mais en vain, les attaques continuent. L’affaire fait de plus en plus de bruit et elle devient l’un des premiers faits divers qui défraient la chronique. « Défrayer la chronique » est une expression familière qui s’utilise pour dire que l’on parle beaucoup d’un sujet sensationnel dans les medias.

En parlant de la presse, voyons un peu de vocabulaire:

  • La presse = la prensa
  • Un journal = un periódico
  • Une revue = una revista (no sería)
  • Un hebdomadaire = un semanario
  • Les médias = los medios de comunicación
  • La une = la portada
  • Un article = un artículo
  • Une interview = una entrevista
  • L’affaire = el asunto
  • Un fait divers = una noticia curiosa

L’affaire remonte jusqu’à la cour de Versailles et aux oreilles du roi Louis XV. Il offre une très forte récompense de 6 000 livres pour toute personne qui arrivera à neutraliser la bête et il envoie plusieurs personnes pour la chasser. Les chasseurs organisent la traque avec des chiens limiers mais ils reviennent à chaque fois bredouille. « Être / revenir bredouille » es une expression qui s’utilise pour dire: revenir les mains vides, sans rien.

Avec cela, nous pouvons voir la famille de mots liés à la chasse :

  • La chasse = la caza
  • Un chasseur / una chasseuse = un cazador / una cazadora
  • Chasser = cazar

On peut aussi apprendre le virelangue: un chasseur sachant… un chasseur sachant… un chasseur sachant chasser doit savoir chasser sans son chien.

Finalement, un jour, ils abattent un loup énorme et ils déclarent que l’affaire de la bête du Gévaudan est terminée.

La fin de la bête du Gévaudan

Mais, c’est une supercherie ! Quelques mois plus tard, des enfants sont à nouveau attaqués. La bête n’a donc pas disparu et son carnage va encore durer deux ans.

Jusqu’au soir du 19 juin 1767 où Jean Chastel abat un animal de grande taille qui ressemble à un loup. Après cet événement, les attaques cessent totalement.

Aujourd’hui, on ne connaît toujours pas l’identité réelle de la bête du Gévaudan. S’agit-il d’un Être humain, d’un énorme loup, d’un loup-garou, d’un dresseur de loup ? C’est une énigme !

Votre défi du jour

Ainsi, j’aimerais que vous disiez dans les commentaires: à votre avis, qu’est-ce que la bête du Gévaudan était ? Et si cette histoire vous intéresse, je vous recommande le film « Le Pacte de Loups » qui est basé sur ce sujet. Si vous avez aimé cette vidéo, mettez un like, abonnez-vous à ma chaîne et suivez-moi sur tous les réseaux sociaux.

Bonus

Paour découvrir la bande annonce du film « Le Pacte de Loups« , cliquez sur la vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *